Créer un site internet

Jurecrache

Quand je rencontre mes personnages de roman chez le médecin

Bonjour à toutes et tous,

Hier, j'ai fait une étrange rencontre, celle des personnages d'une de mes scènes de mon roman "Feux d'amante"

**********************

Hello all,

Yesterday, I had a strange encounter, that of the characters from one of my scenes from my novel "Feux d'amante"

Dans la salle d'attente de mon médecin...

Vous ne le savez sans doute pas, mais voyez-vous j'ai une sainte horreur d'aller chez mon docteur.

Cette fois-ci, pas de chance, pas le choix, il fallait s'y rendre. C'est à cinq minutes de mon appartement donc pas trop galère. Sauf qu'en ouvrant la porte du cabinet j'ai eu la désagréable surprise de voir plein de gens. J'ai stoppé et cherché à rester cool. (dur, dur pour une HP).

J'ai fais quelques pas et suis entrée dans la salle d'attente pour m'installer au loin, tout au fond de la salle (personne ne viendrait me casser les pieds). Que nous étions sexy avec nos masques sur la figure et à une place vide des uns des autres. De vraies petites sardines bien éduquées.

Mon regard se baladait sur le petit groupe et s'arrêta sur une tanche... Mince, bizarre au milieu des sardines... C'était un mâle à l'allure banal. Il avait des tocs et semblait très énervé. Oh la la !! Je sentais que cette tanche allait me plaire. Il avait tout pour faire un bon personnage à qui on aimerait mettre des claques. Tout le monde était silencieux.

On attendait avec fatalité que le médecin scande notre nom de famille pour passer dans son bureau. Mais, ma tanche était pressée. Elle regardait sa montre, tapait du pied.

Derrière mon masque, je souriais. Un personnage venait de naître dans mon esprit ainsi qu'une scène avec ma douce Marie de "Feux d'amante"

Ce que j'ignorai c'est que c'était un soir de chance. Arriva soudain tout fringant et pimpant, frétillant de la queue, une autre tanche mâle. Un beau spécimen avec des tatouages, les yeux pétillants, à la mode qui fait frémir les demoiselles. Le genre qui fait mouiller les petites culottes sur les couvertures de New Romance.

Jouissance absolue, voici que ma tanche ultra sexy et qui n'en peut plus de le montrer ouvrait la bouche pour savoir si nous attendions tous pour le même médecin. Toutes ces dames le fixaient et lui répondirent... pas de chance pour moi, elles attendaient pour le mien... pas le sien.

Ce fut à cet instant précis que la tanche numéro un bidochon premier se décida à prendre la parole. Bien entendu il râlait, trouvait outrageant que notre médecin prenne tant de temps pour ses malades alors qu'il attendait depuis trois quart d'heure. Mon sourire démoniaque s'étira sous mon masque (je l'adore mon masque, si si, je vous assure).

Fût-il possible que notre bidochon premier soit de ces êtres qui applaudissaient à 20 heures à la fenêtre de sa bicoque ? Je me mis à penser que cela n'avait vraiment rien d'improbable. L'une des dames défendit de sa petite voix notre médecin, cependant bidochon premier avait une grande gueule (c'est terrible pour les sardines d'être face à une telle tête de tanche) et voulu montrer que "lui tanche, lui avait raison". La petite sardine se tût et baissa la tête.

Là aurait pu s'arrêter l'aventure, mais la déesse qui me protège, petite auteure que je suis, me fit un très beau cadeau. Notre superbe tanche bimbo mâle répondit à son téléphone portable (oui, on pardonne tout à ce genre de tanche) et répondit qu'il parlait doucement à son correspondant parce que chez le médecin (qu'est ce que c'est quand il parle fort, je vous le demande ?)... J'ai loué ma déesse, il m'offrait sa vie sur un plateau d'argent et mon sarcasme légendaire fit le reste. Je jubilais en entendant que sa copine se faisait opérer de 7 dents à l'hôpital... non, je ne vous dirai pas lequel sur Angoulême... avec deux greffes d'os sur sa mâchoire et que grâce à sa mutuelle il n'en serait que de 7 000  euros de sa poche sur les 20 000... ahhh et son rire lorsqu'il lança qu'elle aurait enfin un magnifique sourire (oups... barbie n'était pas parfaite ??).

Il raccrocha. Mon sourire était immense sous mon masque (je vous ai dit que je l'aimais lui ?)  Nos deux tanches se reconnurent et là j'appris tout le reste. Le sexy boy avait un frère jumeau et qu'il avait baiser la fille de la voisine de Bidochon premier pendant que son grand frère se tapait une autre voisine... (Que c'est beau la famille non ?)

Sans rire, j'ai vraiment eu beaucoup de chance hier soir finalement...

Bah oui, parce que de ce fait, j'ai imaginé Marie face à tout cela et à ce qu'elle aurait pu faire... cela à fait naître dans ma petite tête une scène démentielle pour un nouveau chapitre de Feux d'amante... et encore... je ne vous ai pas tout raconté, car si au milieu des sardines, nous avions des tanches, dans la pièce d'à côté... nous entendions un thon... vous savez le genre de spécimen féminin qui parle fort pour raconter sa vie... elle aussi....

Je me demande ce que ce sera lorsque j'irai chez l'ophtalmo ??? j'aurai peut-être de la chance...

Emotions 371238 640

Angoulême quotidien littérature écrire

Ajouter un commentaire